Activités     Autobio     Une vie ordinaire     Leitmotiv     Site perso→     Livres→  

En savoir plus sur Yves-Alexandre Thalmann


Formations
Université de Fribourg (CH)
  Activités
actuelles
 
  • Diplôme en physique
  • Diplôme d'enseignement secondaire
  • Doctorat en Sciences Naturelles
    (Physique des particules)
  • Master en Psychologie
    (Psychologie générale et pédagogique
      Psychologie clinique)
Portrait
  • Professeur (Psychologie)
  • Psychologue clinicien
  • Thérapeute bio et neuro-feedback
  • Formateur (Compétences interpersonnelles)
  • Conférencier
  • Auteur (Psychologie pratique)
Portrait
 


Autobiographie succinte

"Je m'intéresse à la pensée positive depuis autant longtemps que je m'en souvienne. Vers l'âge de 13 ans, un cancer fut diagnostiquée chez ma mère, donnant lieu à une intervention chirurgicale en urgence. Le pronostic était très mauvais : une espérance de vie réduite à quelques mois tout au plus. Je vis alors ma mère se plonger dans des ouvrages de pensées positives, en particulier ceux de Joseph Murphy. Son état s'améliora miraculeusement et elle en guérit (les médecins utlisèrent le terme de "rémission spontanée"). Cet événement éveilla ma curiosité au sujet de l'influence de l'état d'esprit sur le corps.

"Je décidai par la suite d'effectuer une formation scientifique et je choisis la physique. Je développai un intérêt pour l'infiniment petit et eus l'occasion de mener des recherches en physique des particules. Durant la dizaine d'années que je passai en Faculté des sciences, je n'entendis pas la moindre mention d'un quelconque pouvoir d'influence de la pensée sur la matière. L'étude de la physique quantique me passionna, mais je me rendis vite compte que ce domaine exigeant donnait lieu à des interprétations pour le moins hasardeuses dans le milieu du développement personnel ("Tout est connecté", "Tout est dans tout", etc.).

"Manquant d'intérêt pour le travail quotidien du physicien (mesurer et calculer), j'entrepris des études en psychologie. Je me formai en psychologie générale et pédagogique ainsi qu'en psychologie clinique (psychopathologie), à l'Université de Fribourg (Suisse) ainsi qu'à l'Université de Montréal (Québec). Je dois avouer que la pensée positive y était considérée comme une hypothèse farfelue pour des gens par trop crédule...

"Même le récent engouement pour la psychologie positive, appelée aussi science du bonheur, ne combla pas le fossé entre les approches scientifiques du bien-être et la pensée positive...

"Enfin, mon intérêt pour le fonctionnement du cerveau m'amena à me former en neuro-feedback, une méthode thérapeutique par laquelle les sujets apprennent à modifier leur activité cérébrale. Mais là encore, aucune trace d'un quelconque pouvoir de la pensée pour influencer à distance le monde alentour... "C'est pourquoi, désireux de concilier les champs de recherches de la psychologie et l'intuition populaire selon laquelle penser positivement amène du positif dans la vie, j'ai réalisé la synthèse des connaissances scientifiques permettant de comprendre cet effet, synthèse que j'ai baptisée : pensée positive 2.0."

haut de page


Portrait


Une vie extraordinairement... ordinaire

Dans le domaine de la pensée positive classique, c'est le témoignage fait foi !

Il est en effet de bon ton de montrer à quel point la pratique de la pensée positive change la vie. Pour cela, les auteurs n'hésitent pas à mettre en avant leur propre destinée. Ils expliquent comment leur existence actuelle est heureuse et épanouie, par contraste avec un avant où les difficultés prenaient une place importante : maladies, échecs professionnels, solitude, précarité, timidité excessive, etc. C’est une façon d’essayer de convaincre des bienfaits de la pensée positive.

La pensée positive 2.0, quant à elle, ne promet pas des miracles. Son côté scientifique la rend prudente : elle prédit une amélioration de l’existence, mais tout en douceur. Les coups d’éclat, les avant/après tape-à-l’oeil ne font pas partie de ses manières.

Pour ma part, je préfère dire que ma vie est extraordinairement… ordinaire. Des hauts et des bas, j’en connais comme tout le monde. Tous mes désirs ne s’exaucent pas comme par magie et je sais que je connaîtrai encore des déconvenues. Nul n’y échappe ! Par contre, il n’y pas un jour où je n’exprime ma reconnaissance pour tout ce que j’ai la chance de vivre. Tant de bienfaits, tant de privilèges au regard d’autres vies nettement moins enviables : je dispose d’un toit, de nourriture chaque jour, je suis entouré de personnes bien intentionnées, je peux gagner ma vie avec un travail captivant…

La pensée positive 2.0 se traduit par une attitude d’ouverture vis-à-vis de toutes les occasions qui se présentent. En ce qui me concerne, je prends plaisir à écrire et j’ai la chance d’être publié (plus d’une trentaine d’ouvrages déjà). Je me souviens de mon entrée dans le monde de l’édition : jeune homme, je lisais le journal quand mon attention fut attirée par un article sur une nouvelle maison d’éditions suisse (Les Editions de l'Hèbe→) que dirigeait justement un ancien camarade d’études. Le lendemain, je lui écrivis un message expliquant que j’avais le projet d’écrire un petit livre→ sur la communication interpersonnelle. C’est ainsi que, de fil en aiguille, mon premier texte fut publié, ouvrant la porte à d’autres rencontres décisives dans le monde de l’édition.

Je pourrais encore évoquer mon changement d’orientation professionnelle. Je travaillais comme physicien, mais je n’arrivais pas à m’épanouir dans ce milieu. Je décidai donc de changer d’orientation et retournai sur les bancs de l’université, vivant comme un étudiant alors que mes collègues physiciens recevaient au même moment des salaires enviables. Mais la satisfaction que j’éprouvais dans ma nouvelle voie rendait le "sacrifice" léger. Je ne l’ai jamais regretté. Surtout lorsque j’ai eu l’occasion grâce à un échange universitaire de passer une année entière au Québec et d’y vivre des expériences… extraordinaires.

Saisir les occasions qui se présentent, consentir à des efforts, persévérer même dans l’adversité, s’entourer de personnes bien intentionnées, relever le bon côté des choses, exprimer sa reconnaissance : voilà le programme proposé par la pensée positive 2.0 et que j’essaie de mettre en œuvre jour après jour.

haut de page


Leitmotiv

Le développement personnel est un domaine dont le succès ne se dément pas depuis quelques décennies. Il serait cependant plus judicieux de mettre ce terme au pluriel : il existe de très nombreuses approches différentes, voire inconciliables de développement personnel. On peut par exemple distinguer des courants :

  • se référant ouvertement à différentes formes de spiritualité, chrétiennes, bouddhistes, hébraïques, etc.
  • s’ancrant dans des traditions anciennes, chamaniques, hawaïennes (ho'oponopono), toltèques (Les 4 accords toltèques), etc.
  • puisant dans les approches de santé alternatives et énergétiques (EFT, etc.)
  • se s'inspirant librement des sciences naturelles, la physique (la loi d’attraction), la physique quantique, (Transsurfing), etc.
  • se réclamant des neurosciences et du fonctionnement du cerveau (PNL, etc.)

Ces approches restent majoritairement ésotériques dans le sens où seuls les initiés peuvent en bénéficier, moyennant un acte de foi : il faut croire sur parole les arguments de ceux qui les mettent en avant. Certaines sont carrément mystiques.

Pour ma part, je privilégie un développement personnel ancré dans les connaissances de psychologie scientifique telles qu’elles sont enseignées à l’université (on ne parle pas ici des approches psychanalytiques). Ces connaissances découlent de recherches empiriques et ne nécessitent aucune croyance préalable. Elles répondent à la démarche scientifique classique.

Mon leitmotiv est de remettre en question les idées reçues et les pseudo-évidences véhiculées dans le développement personnel grâce à un éclairage différent, celui de la rigueur scientifique. La psychologie universitaire a en effet beaucoup à nous apprendre à ce propos, même si elle peine parfois à se rendre accessible au plus grand nombre. Le bénéfice est alors de pouvoir disposer de connaissances solides, donnant lieu à des applications qui ont fait leurs preuves, des outils réellement efficaces.

Plus de science et moins d'idées reçues dans le développement personnel,
tel pourrait être le slogan qui anime mon travail.

haut de page